Envie d'une nouvelle paire de chaussons ? Découvrez notre guide des chaussons d'escalade !

Eddie Fowke, l’incroyable photographe arrête la photo d’escalade pour l’IFSC !

Vous avez sûrement déjà vu une de ses photos, Eddie Fowke était un photographe talentueux pour la fédération internationale (IFSC) et était reconnu pour la photographie de compétition. Il décide d’arrêter et livre une interview pour 8a.nu !

← VOIR L’ACTU GRIMPE

Pour commencer, comment êtes-vous devenu le photographe officiel de l’IFSC ?

Eddie Fowke : Comme beaucoup le savent, j’ai commencé « The Circuit Climbing » en 2013. L’objectif de cette plateforme était de documenter le côté compétitif de l’escalade et de présenter les grimpeurs et leurs exploits à une communauté plus large, car je pensais qu’elle était extrêmement sous-médiatiser de l’époque. Voyant ce que je faisais, l’IFSC m’a approché en 2014 pour devenir le photographe officiel de l’IFSC. En me faisant venir, quelqu’un assistait déjà aux événements et n’avait aucun parti pris national, cela leur a donné un atout impartial et bien sûr, je faisais déjà la promotion de leur produit par le biais de ma propre plate-forme.

Combien de temps de travail et de voyage avez-vous investi dans cette aventure ?

J’ai passé plus de 800 heures dans les airs, et fait plus de 600 000 km.

Eddie Fowke : C’était une quantité incroyable de travail. Être présent à chaque compétition, d’environ une heure avant son début jusqu’à sa fin, a conduit à des journées extrêmement longues. Sans oublier à la fin du tournage, le tri, l’édition et la distribution des images. Lors d’une Coupe du monde normale, je travaillait entre 12 et 16h.

Pendant mon temps en tant que photographe officiel, j’ai passé autant de temps que possible à optimiser les voyages, à prendre des trains ou d’autres transports en commun lorsque c’était possible, et à ne voler que lorsque c’était nécessaire. Malgré cela, entre 2015 et 2020, j’ai passé plus de 800 heures dans les airs, et fait plus de 600 000 km. Être dans les airs était devenu une partie de la vie !

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Eddie Fowke : Il y a tellement de souvenirs incroyables qu’il est presque impossible de répondre à cela. Chaque fois qu’un grimpeur gagne sa première Coupe du monde, cela vous donne une énorme poussée émotionnelle car vous savez ce que cela signifie pour lui. Plus de deux fois, j’ai dû essuyer les larmes de mes yeux pour continuer à prendre des photos ! J’ai aussi de bons souvenirs de toutes les personnes qui sont venues me remercier au fil des ans, me racontant comment mes images et ma narration visuelle les ont inspirées.

Deux souvenirs qui ressortent sont les premières victoires de Jernej Kruder à Meiringen et de Gabri Moroni à Hachioji. Avoir vu l’effort qu’ils ont tous deux déployés au fil des ans finalement récompensé a été incroyable. En compétition, il y a des grimpeurs incroyables qui n’atteignent jamais tout à fait leurs objectifs, certains parce qu’ils sont dans l’ombre de grimpeurs plus forts, d’autres simplement à cause de la malchance et du timing. Donc, voir ceux qui concrétisent finalement et atteignent la plus haute marche du podium après tant d’années d’essais a été quelque chose qui me restera pour toujours !

Quels sont les athlètes qui, selon vous, s’amélioreront le plus en 2021 ?

Eddie Fowke : Après une saison loin du sport en raison de Covid-19, c’est presque impossible à dire. Étant donné que la grande majorité de ce que nous voyons est le flux des réseaux sociaux des athlètes, notre perception est altérée par les contenus qui fonctionnent le mieux sur les réseaux sociaux, ce qui peut donner une vision fausse. Je ne pense pas que nous obtiendrons une jauge honnête sur les niveaux des grimpeurs avant 2022 au plus tôt. Il y a plusieurs jeunes athlètes incroyables comme Colin Duffy des États-Unis et Oriane Bertone de France qui entrent dans la compétition d’élite, et il y en a beaucoup pour qui c’est la fin de leur parcours de compétition. Et avec la forte probabilité que 2021 soit une saison perturbée, je pense qu’il suffit d’attendre et de voir !

À voir aussi : La réunionnaise Oriane Bertone enchaine « Super Tanker », 8B+ à Bleau !

Comment pourrait-on améliorer les compétitions de l’IFSC ?

Eddie Fowke : Je crois qu’il existe de nombreux domaines de développement pour une organisation comme l’IFSC. Je n’y entrerai pas ici, car ils emploient du personnel pour gérer la progression du sport et la façon dont il est présenté. Il leur appartient de mettre en œuvre les changements nécessaires à l’évolution du sport. Et s’ils ne le font pas ? Eh bien, je pense que si l’IFSC ne progresse pas dans le sport, le sport aura suffisamment d’inertie pour se développer. Si nous avions une machine à remonter le temps et pouvions voyager jusqu’en 2030, nous verrions un sport très différent. Tout comme nous sommes un sport très différent aujourd’hui de celui que nous étions en 2010.

Qu’allez vous faire en 2021 ?

Eddie Fowke : Le premier objectif de 2021 est de terminer mon livre « The Circuit Climbing ». Un livre composé de photos et d’essais couvrant l’escalade de compétition sous toutes ses formes de 2015 à aujourd’hui. C’est le principal projet que j’ai (comme The Circuit Climbing) pendant la pause des compétitions et j’espère que ce sera un livre d’importance historique en escalade de compétition pour les années à venir. Deuxièmement, je photographierai pour plusieurs publications majeures de l’industrie alors que je documenterai les compétitions qui se déroulent dans le monde entier (si et quand elles commencent), puis je continuerais à entretenir mes relations avec les marques qui comptent sur « The Circuit Climbing » pour leur fournir des images de qualités pour promouvoir leur athlètes.


Vous l’aurez compris, Eddie Fowke est également le fondateur de. « The Circuit Climbing », un journal sur le réseau social Instagram. On vous invite bien entendu à jeter un œil à se compte qui mérite vraiment le détour ! The Circuit Climbing

← VOIR L’ACTU GRIMPE

Les codes promos pour grimpeurs :

À voir aussi :